Visite à la Halle aux vivres de Brouage

Visite à la Halle aux vivres de Brouage

Historique de Brouage :
La ville a été construite vers 1555 par Jacques de Pons et faisait office de port pour les échanges commerciaux dont le sel. Les plans des fortifications ont été dessinés vers 1569 et sont conservés dans un musée à Londres.
Brouage est fortifiée à cause des guerres de religion opposant les catholiques et les protestants. Les catholiques s’en emparent définitivement en 1578.
En 1627, Richelieu prend possession de Brouage. La ville revêt alors l’aspect qu’on lui connait aujourd’hui avec la construction par l’ingénieur Pierre d’Argencourt des remparts, des forges, des magasins, de la Halle aux vivres, des poudrières, des casernes. La ville compte environ 4000 habitants.
Vauban interviendra dans la modification des remparts : les fossés sont creusés et la terre qui en est extraite sert à épaissir les remparts pour les renforcer. Une double rangée d’arbres est plantée afin de dissimuler la fumée de tir des canons.

Rendez-vous à la Halle aux vivres :

La halle aux vivres est aujourd’hui une salle d’exposition, mais à l’origine, elle servait à stocker les vivres des troupes en garnison à Brouage : 300 tonnes de céréales pouvaient être entreposées à l’étage. Au rez-de-chaussée, on y trouvait des barriques de vin, de bière, d’eau-de-vie, du poisson et de la viande salée.
Au XVIIIe siècle, la Halle devient une caserne, puis une prison pendant la Révolution Française où 145 religieuses sont incarcérées.
En 1816, elle devient une poudrière, ce qui entraîne la destruction des maisons avoisinantes par mesure de sécurité.
A la fin des années 1920, l’étage a été détruit. Il est reconstruit en 1991 selon les plans de 1754.

Exposition actuelle sur l’histoire de Brouage :

Atelier construction de rempart :

M. Boulanger nous a emmenés à l’étage où se tient une maquette des remparts à finir de construire.

Etape 1 : Après avoir installé la structure en bois composée des ventrières et des traverses, on plante des pieux qui vont maintenir la structure.
Etape 2 : On dispose des planches de bois sur les pieux pour soutenir les premières pierres.
Etape 3 : On place sur les planches 3 hauteurs de pierres de taille pour arriver au niveau du sol. Elles forment l’assise.
Etape 4 : On monte le mur intérieur avec des moellons et celui extérieur avec des pierres de taille. Il est légèrement incliné pour dévier les boulets de canon.
Etape 5 : On remplit l’espace entre les murs avec du blocage constitué de pierres, de sable et de chaux.
Etape 6 : On place le cordon, sorte de terrassement qui surplombe le rempart et qui sert de chemin de ronde et de support plat aux canons.
Etape 7 : On construit le parapet avec des briques pour protéger les gardes.

Géocaching Terra Aventura – L’Etoile de Pierre :
Au départ de Hiers-Brouage, sur les trace du Poï’z Zouti. Difficulté 3/5, Terrain 3/5, 1 à 2 heures de marche sur 3.5 km.

  • Passage par la Porte Royale,
  • la place forte,
  • la Halle aux Vivres qui pouvait contenir jusqu’à 300 tonnes de céréales,
  • la Glacière qui pouvait contenir jusqu’à 22 tonnes de glace,
  • la Poudrière pouvant stocker jusqu’à 20 tonnes de poudre à canon,
  • le Port Souterrain,
  • L’église qui a été construite la même année que la ville de Québec au Canada,
  • Les latrines incrustées dans les remparts
A part les bugs de la tablette et le fait de ne pas avoir pu comptabiliser les blasons extérieurs à cause de l’eau dans les champs, la chasse a été plutôt facile et rapide, et nous avons pu récupérer notre badge.

L’avis de Mathéo : C’était bien, mais dommage que la boue nous ait empêché de faire le géocaching.
L’avis de Bryan : Le site était trop beau, avec une belle lumière, mais trop marécageux !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *