Sur les traces d’un déporté, jour 5

Aujourd’hui, nous terminons notre périple à Berlin.

Passage obligé par la porte de Brandebourg par laquelle passait le mur de Berlin qui servait de frontière pendant la Guerre froide entre Berlin Ouest et Berlin Est. Nous sommes donc aussi naturellement passés par Checkpoint Charly où l’on trouve aujourd’hui une reconstitution touristique du point de passage.

Nous nous sommes ensuite rendus au musée de la topographie de la terreur situé sur le site où l’on trouvait, pendant la guerre, la centrale de la terreur national-socialiste de 1933 à 1945 : la police secrète d’état Gestapo (ayant sa propre prison), le commandement SS, le service secret de la SS (SD) et le service général de la sécurité du Reich. A l’intérieur, au milieu des nombreux témoignages de barbarie, on peut voir la maquette de la ville telle qu’elle était du temps du régime nazi. A l’extérieur, on peut voir les derniers vestiges des caves utilisées par les services de la Gestapo ainsi que des restes du mur de Berlin.

Après la pause repas, nous nous sommes rendus sur les lieux de trois mémoriaux, construits le premier en hommage des juifs, le second pour les roms et les  tziganes, enfin le troisième pour les homosexuels, tous persécutés, déportés et finalement exécutés.

 
Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *